A quoi sert une ligne de vie pour écrire une biographie ?

Partagez-moi !

 

ligne de vie

Et d’abord, qu’est-ce qu’une ligne de vie ?

Celle dont il est question ici est un outil pour vous préparer à écrire le livre de votre vie ou de votre famille.

Elle permet de représenter, selon un ordre chronologique, les principaux événements de l’existence que vous voulez raconter.

En principe, et comme son nom l’indique, la ligne de vie prend une forme horizontale, qui aide à mieux visualiser le déroulement des faits. C’est bien là son intérêt, comparé à de simples listes récapitulatives de dates comme j’en avais établi jusque-là.

 

Pourquoi créer une ligne de vie avant d’écrire ?

Une ligne de vie est utile pour :

  • avoir une meilleure vision d’ensemble, faire ou refaire le lien entre certains événements, amener à des prises de conscience ;
  • repérer facilement les « trous », les informations importantes à rechercher ;
  • enclencher la remémoration, dans le cas d’une autobiographie (lire mon expérience ci-dessous) ;
  • matérialiser sur un support ce qui est plus ou moins confus dans notre esprit ;
  • faciliter l’écriture par la suite, car la ligne de vie nous évite d’aller à la pêche aux dates pendant que nous écrivons ;
  • mieux distinguer les différentes périodes d’une vie et s’en servir pour construire le plan, surtout si l’on a choisi de suivre un plan chronologique.

 

La ligne de vie en 3 étapes

Qui ?

Selon votre projet, déterminez la ou les lignes de vie les plus utiles pour écrire votre biographie. Concernent-elles un ou des individus en particulier ? un couple ? une famille sur trois générations ?…

Quoi ?

Que peut-on indiquer sur une ligne de vie ?

  • Les principaux événements et périodes de l’existence, avec les dates (l’âge, éventuellement), les lieux, les noms.
  • Les éléments de contexte : les événements locaux et les faits plus larges qui ont marqué le cours de la vie (guerres, moments historiques forts, modes, inventions…).
  • Les documents associés : archive, photo…
  • Des mots-clés. En faisant ma propre ligne de vie, je me suis rendu compte à quel point elle ne disait pas grand-chose de moi ! Une succession de dates peut-elle témoigner de notre existence réelle ? Révéler la façon dont nous avons vécu les événements (la partie émergée de l’iceberg), mais aussi nos évolutions lentes, invisibles et néanmoins profondes ?

Tempête de la vie

C’est ainsi que, tout naturellement, j’ai commencé à inscrire des mots clés pour décrire ce que j’avais ressenti, traversé à telle ou telle époque. Et, tout aussi naturellement, un mot en appelant un autre, un souvenir en amenant un autre, j’ai eu envie de faire des phrases ! Pour moi, c’est le principal intérêt de la ligne de vie pour écrire son autobiographie, mais je suis curieuse de connaître votre avis à ce sujet !

Comment ?

Plusieurs options s’offrent à vous :

  • la bonne vieille feuille de papier au format A4 ou A3 (et plus si affinités, à afficher sur un mur), pour ceux qui ont besoin de gratter sur le papier pour réfléchir et avancer ;
  • des post-it de couleurs différentes (une par type d’événement par exemple), facilement repositionnables ;
  • un fichier Excel. Si vous êtes membre de ce blog, deux bases à personnaliser (pour une seule personne et pour un couple) sont à votre disposition dans l’espace « Vos Outils » ;
  • PowerPoint. Microsoft propose Office Timeline, un logiciel gratuit qui s’intègre à Powerpoint pour réaliser des « lignes du temps » élaborées ;
  • des outils en ligne. Celui que je préfère est Timetoast, simple, gratuit et amplement suffisant pour l’usage que l’on veut en faire ici : noter les moments essentiels d’une vie.
    Pour chaque événement créé vous pouvez ajouter du texte, une photo, un lien Internet (si cela est vraiment utile, car la ligne de vie n’est pas une œuvre en soi mais un tremplin vers l’écriture !). Fonctionnalité intéressante pour nous, il est possible de créer plusieurs périodes distinctes.

    Ligne de vie timelineUne ligne de vie réalisé avec Timetoast.

Les inconvénients de Timetoast :
– il faut ouvrir un compte (je n’ai pas reçu de spams depuis) ;
– le site est en anglais (mais il n’y a que quelques mots à connaître, comme « Add Event », par exemple) ;
– seuls trois événements peuvent s’afficher simultanément.

Son principal avantage : la facilité avec laquelle on ajoute, modifie ou supprime des événements.

 

Quel que soit l’outil, c’est à vous de jouer ! Faire une ligne de vie ne prend pas beaucoup de temps et j’ai trouvé l’exercice intéressant. Qu’en est-il pour vous ?

PS : pour télécharger les lignes de vie à personnaliser, rendez-vous dans votre espace membre.
Et si vous n’êtes pas encore membre, saviez-vous que l’inscription est libre, gratuite… et avantageuse ? 🙂

 

Partagez-moi !

9 réflexions au sujet de « A quoi sert une ligne de vie pour écrire une biographie ? »

  1. Bonjour Hélène, votre article tombe à point, je viens de m’apercevoir que des évènements de ma généalogie ne se sont pas produits à la place que je pensais et de ce fait modifient profondément la perception de la « vérité »
    Je vais me lancer dans la ligne de vie
    Merci pour ces conseils

    • Bonjour Michèle,

      oui, les dates ont parfois leur importance pour approcher la « vérité » d’une vie…
      Mettre tout cela noir sur blanc sous une forme simple est forcément éclairant.

      Bonnes avancées et à bientôt !

  2. Bonjour Hélène.
    Dans mes ateliers d’écriture, je n’aborde pas la ligne de vie. Je procède par thèmes avant tout. Puis par époques : « l’enfance », « l’adolescence », « vie de jeune femme ou de jeune homme », etc. Cependant, certaines personnes retiennent plus facilement les dates. Dans ce cas, je pense que la ligne de vie est appropriée.
    Lors de stages de spiritualité ou d’entrepreneuriat (deux domaines bien différents), les animateurs nous ont demandé de tracer notre ligne de vie. C’était très enrichissant. ça permet de voir les oublis liés à la mémoire qui transforme tout notre vécu, et les oublis liés à l’inconscient (lapsus par exemple). C’est très intéressant pour soi afin de progresser dans l’écriture, et aussi afin de mieux se comprendre.
    Bonne continuation ! 🙂

    • Merci Claire, c’est très intéressant, je n’avais pas pensé à cette utilité de la ligne de vie.

      C’est étonnant d’entendre certaines personnes citer beaucoup de dates lorsqu’elles parlent de leur vie, tandis que d’autres n’en connaissent presque aucune !

      Je ne sais pas si des recherches ont été menées à ce sujet, mais je me dis que lorsqu’on a peu de repères de dates, les risques de transformations par la mémoire sont plus grands, non ?

      • C’est possible que l’on s’égare lorsqu’on n’a pas de repères chronologiques. C’est possible que la mémoire transforme plus, peut-être. Cependant, n’est-ce pas aussi important d’écrire librement, en faisant fi d’une vérité quelconque ? Ecrire librement pour soi (son autobiographie), sans aucune censure ?! Par contre, pour le récit de vie où l’on veut raconter l’histoire de quelqu’un, cette liberté sans censure risque de ne pas plaire à tout le monde. Qu’en penses-tu ?

        • Mais il s’agit là d’un autre débat. Je m’égare un peu. Peut-être le sujet d’un prochain article ? Bonne soirée, Hélène. 😉

          • Oui, je suis d’accord, il ne faut pas chercher la Vérité à tout prix, c’est vain de toute façon. Mais autant je chéris et cultive la liberté, autant j’aime aussi la lucidité vis-à-vis de soi-même et l’honnêteté vis-à-vis des autres. Toi aussi, j’en suis convaincue. Alors, si on adhère sans sourciller aux transformations de la mémoire et aux ruses de notre inconscient, que devient tout cela ?

            Ou alors, il faut qu’il y ait une véritable création artistique. Qu’on n’écrive pas une autobiographie mais une fiction, une œuvre littéraire, et que ce soit dit.

            C’est la même chose pour la biographie d’un tiers. Pour inventer, transformer, selon moi il faut une démarche artistique. Sinon, pour ma part en tout cas, j’aurais simplement l’impression de m’emparer de la vie de l’autre. Et je comprendrais que ça heurte.

            Merci Claire ! Ces questions sur la vérité (la vérité de qui ?), sur la véracité, sont un vaste sujet et une bonne idée pour un prochain article… mais on peut librement en débattre ici même 😉

  3. Bonjour a vous. Suite à ces différentes considérations je me permet de poser la question: Doit-on se borner à simplement énoncer un évènement, ou faut-il le relater avec ses émotions? Ce qui bien sûr apporte une toute autre dimension au récit . Merci beaucoup pour vos informations et je suis convaincu du caractère indispensable à utiliser la ligne de vie car cela permet de structurer et canaliser les émotions. Un bon mariage entre coeur et raison …

    Amicalement

    • Bonjour Michel,

      et merci pour votre commentaire.

      Oh oui s’il vous plaît, relatez avec vos émotions ! Ce sera beaucoup plus enrichissant pour vous comme pour vos lecteurs.

      C’est ce qui nous intéresse quand nous lisons une biographie : au-delà des faits bruts, savoir comment la personne les a vécus, ce qu’elle a ressenti et pensé, comment elle a réagi (ou pas). Et lorsqu’on écrit, ça fait du bien de mettre des mots sur nos émotions, ça les canalise, effectivement, et ça permet souvent de tourner la page…

      En même temps, comme vous le laissez entendre, il ne faut pas en faire trop. Ce n’est ni bon pour soi (si on a tendance à ruminer, par exemple), ni bon à la lecture. Je n’avais pas pensé à ça, mais la ligne de vie peut sans doute aider à se lancer si l’on se sent débordé par les émotions (je ne sais pas si c’est votre cas, je parle d’une manière générale 😉 ).

      En tout cas, une biographie entre cœur (émotion) et raison (réflexion), c’est l’idéal !

      Bonne écriture et à bientôt, Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *